L’évolution des jeux de machine à sous

6179-gwg-10-used-rbc-blog-evolution-of-slot-games

Le jeu de machine à sous, la machine à sous, le bandit manchot ou la machine à trous existe depuis plus de 100 ans. Dans sa forme moderne, la machine à sous virtuelle est un divertissement hallucinant à haute résolution qui comporte des graphismes impressionnants, des bandes sonores interactives, de gros lots et des parties bonus passionnantes. Toutefois, à l’origine, le jeu de machine à sous était une console de paris beaucoup plus discrète.

Les origines des jeux de machine à sous

Le premier jeu de machine à sous a été créé en 1891 partant d’une idée originale de deux hommes nommés Sittman et Pitt. Cette première version n’arrivait même pas à la cheville des jeux hauts en couleur dont nous disposons aujourd’hui. À l’époque, il s’agissait d’un chef d’œuvre composé d’engrenages, de leviers et de tambours rotatifs. Le jeu s’articulait strictement autour du poker et le joueur se savait gagnant lorsque s’affichait une main de poker favorable.

À l’époque cependant, le jeu ne disposait d’aucun moyen pour verser de l’argent et ainsi, les prix étaient généralement une boisson gratuite, des cigares gratuits et d’autres choses de ce genre que remettait un barman. Si la machine était dans un salon de coiffure, donc un endroit commun pour un jeu à l’époque, le joueur pouvait gagner un rabais de 20 % sur sa coupe de cheveux.

La révolution de Liberty Bell

Au début, le problème de cette machine était son incroyable complexité, particulièrement compte tenu de la façon dont les machines étaient conçues. En basant le jeu sur les cartes, il existait un nombre élevé de combinaisons possibles et les personnes qui tentaient de créer une simple machine pouvant effectuer des paiements automatiques avaient bien du fil à retordre.

En 1895, Charles Fey a créé la désormais légendaire machine connue sous le nom de Liberty Bell et c’est à ce stade où les vrais jeux de machine à sous ont débuté leur existence. La machine qu’avaient créée Sittman et Pitt se servait de cinq tambours, chacun capable d’afficher un total de 10 cartes à jouer. Fey a supprimé ce système pour le remplacer par des cartes affichant des symboles, notamment : les diamants, les fers, les piques, les cœurs et la Liberty Bell qui tenait son nom de la machine. En conséquence, le nombre de tambours a été réduit de cinq à trois, ce qui a fortement facilité la fabrication du jeu.

Les symboles du gain

Les symboles sont monnaie courante dans les jeux de machine à sous modernes et chaque joueur s’attend à voir des dessins créatifs et intéressants. En fait, plusieurs jeux modernes doivent leur réputation à la créativité de la conception des symboles qu’ils affichent. Par contre, en 1895, l’idée n’était rien de moins qu’une révolution éblouissante.

La Liberty Bell pouvait automatiquement verser des paiements en laissant tomber des pièces dans un seau. De plus, ceux qui ne comprenaient pas le poker pouvaient désormais y jouer, faisant ainsi connaitre les jeux de machine à sous à un tout nouveau public. La machine a conquis le monde entier.

La loi et les questions juridiques

L’explosion en flèche des jeux de machine à sous s’est accompagnée d’une tendance des fabricants de jeu à vouloir contourner la loi. Le jeu étant interdit dans de nombreux états des États-Unis et dans plusieurs pays à travers le monde, une nouvelle approche a vu le jour. Une machine a été mise au point et c’est elle qui a donné naissance à la version fruits de la machine de jeux à sous que nous connaissons aujourd’hui.

Pour contourner les lois régissant les jeux de machine à sous, les concepteurs de jeux ont inventé une machine qui versait les gains sous forme de gomme à mâcher dont les saveurs étaient représentées par des fruits sur les bobines. Ces jeux ont disparu depuis très longtemps, partiellement en raison des énormes procès dont elle a fait l’objet, mais la tradition d’utiliser des fruits comme symboles a survécu.

La révolution électronique

Il a fallu attendre jusqu’en 1976 pour que le premier véritable jeu de machine à sous électronique voie le jour. Surnommé Money Honey, le jeu comportait un écran vidéo, une série de boutons, et toutes ses fonctions étaient contrôlées par des circuits électroniques. Il avait encore un levier à tirer, mais à ce stade, le levier n’était qu’une façade puisque les joueurs étaient habitués à ce concept.

Il y avait des spéculations quant à savoir si le jeu allait être un succès, mais Money Honey attirait des foules de joueurs, pièces en main et désireuses de faire l’expérience de son étonnante technologie. Peu de temps après, les jeux de machines à sous électroniques ont été adoptés comme la norme. C’est alors que les concepteurs se sont attelés à se concentrer sur les moyens d’éblouir les joueurs au moyen de meilleurs graphismes et d’un meilleur son.

Les jeux de machines à sous modernes

Il existe des dizaines de milliers de machines à sous modernes en ligne aujourd’hui. Elles sont toutes accessibles 24 h sur 24 et offertes dans une myriade de styles et de thèmes. Doté de graphismes à haute résolution et de musique, le jeu moderne est devenu une forme d’art en soi. Mais à quel point une machine à sous moderne diffère-t-elle des versions antérieures ?

La réponse est intéressante — elle n’en est pas si différente. On se sert des mêmes systèmes de base en dépit du fait que les machines à sous modernes ont habituellement cinq roues plutôt que trois et qu’elles proposent de multiples options pour parier. En revanche, l’idée principale est restée pratiquement inchangée. Chaque fois qu’un joueur se connecte à un casino en ligne pour y jouer, il devrait silencieusement remercier monsieur Charles Fey et la Liberty Bell!