Les Forces Canadiennes à Toronto
Source : Wikimedia

Cette année, nous fêtons le centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, qui a opposé de nombreux pays en Europe et au-delà, comme c’est le cas du Canada. En effet, l’Allemagne ayant déclaré la guerre à l’Angleterre le 4 août 1914, tous les dominions de l’Empire britannique étaient appelés sur le front, dont le Canada faisait partie à cette époque. C’est donc l’occasion de découvrir le rôle et l’impact du Canada sur la Première Guerre mondiale, mais aussi d’en apprendre plus sur ses soldats et sur leurs loisirs en temps de guerre !

Une vie ennuyeuse dans les tranchées et durant les temps de repos

une hutte YMCA canadienne
Source : Wikimedia

La plupart d’entre nous visualisent la guerre comme un combat incessant entre deux camps ennemis. Toutefois, entre deux batailles et lorsque les soldats ne se préparaient pas à partir au front, ils pouvaient vite s’ennuyer, et ce, même dans les tranchées. Les occupations ne manquaient pourtant pas, et les combattants passaient le temps en faisant des réparations diverses, ou du travail manuel comme remplir les sacs de sable pour renforcer les protections. Cependant, les soldats devaient trouver un moyen de s’occuper, même en faction.

Le contact avec les proches

Les soldats recevaient tous des nouvelles de leur famille, que ce soit de leurs parents ou de leur femme et leurs enfants. Ainsi, la lecture et la réponse des lettres étaient des moments importants pour les combattants qui comblaient leur temps libre. Des nouvelles étaient données du front, afin de rassurer les proches et de rendre la vie de tous un peu meilleure. En parallèle, les familles fournissaient des colis avec des gourmandises et des cigares, ce qui permettait de mettre un peu de joie dans la vie des combattants. Chaque semaine, les soldats de tous pays confondus sur le front occidental recevaient douze millions et demi de lettres et de colis.

Les jeux de hasard et la relaxation

Toutes les opportunités de jouer au blackjack en ligne sont bonnes, et cela n’était pas différent durant la Première Guerre mondiale ! Les soldats appréciaient se défier aux jeux de hasard, comme le jeu de dés Crown and Anchor, mais aussi au housey-housey, un jeu semblable au loto, ou au Three-card brag, un jeu de cartes. Mais s’il y avait bien un jeu que tout le monde appréciait, c’était le pontoon, une variante du blackjack plus libre, notamment au niveau des règles du banquier, qu’il pouvait lui-même définir.

La hutte du YMCA, un lieu de repos

Lorsque les soldats n’étaient pas en faction dans les tranchées, ou en train de se préparer pour la rotation, ils pouvaient se rendre dans une hutte du YMCA. Considérés comme un centre de vie sociale, ces lieux étaient essentiels pour se détendre et profiter du temps calme pour se reposer, répondre aux lettres, lire et écrire ou dessiner, mais aussi pour jouer avec ses camarades. En soirée, les concerts redonnaient de la joie de vivre aux soldats canadiens.

Les activités sportives des soldats

Tout comme les huttes du YMCA qui offraient aux soldats la possibilité de se sociabiliser et de garder un esprit d’équipe, l’organisation de tournois sportifs renforçait les liens et permettait aux hommes de rester en forme, même s’ils avaient l’obligation de s’entraîner pour le combat. L’athlétisme, le football et le rugby faisaient par exemple partie des sports joués, et étaient parfaits pour avoir une meilleure endurance. La boxe et le cricket étaient aussi appréciés de tous. Du côté des régiments de cavalerie, afin de garder les chevaux en bonne santé, des évènements équestres étaient régulièrement organisés. Malgré tout, le grand favori des Canadiens était sans conteste le baseball !